Desserte par transports publics dans la Vallée de l’Arve

Un article paru dans le Dauphiné Libéré du 17 novembre 2022 relate les plaintes de l’ARDSL (Association Rail Dauphiné Savoie Léman) au sujet de la desserte par transports publics dans la Vallée de l’Arve. Ces plaintes s’ajoutent à celles faites précédemment par des parents d’élèves.

Depuis le 18 octobre deux allers-retours TER ont été suspendus entre La Roche-sur-Foron et Saint-Gervais, jusqu’à l’été 2023 au moins, en raison du manque d’agents SNCF pour assurer les croisements dans les gares de Bonneville et de Marignier. Il en résulte une diminution de l’offre en train de 10 %. S’y ajoutent la suppression depuis l’automne 2016 du train de nuit Paris – Saint-Gervais, et la dégradation des relations avec Lyon depuis 2020 avec la suppression des trains directs Lyon – Saint-Gervais sauf quelques exceptions : il faut désormais changer de train à Annemasse et à Bellegarde. L’ARDSL rappelle que, dans le même temps, les billets TER et Léman Express sur territoire français augmenteront de 8 % dès janvier 2023 (3 % pour les abonnements) par décision plutôt unilatérale de la Région AuRA. En d’autres termes, il faudra désormais payer plus pour avoir moins de trains.

La situation n’est pas meilleure pour les transports publics locaux de la vallée. Ainsi, depuis fin août 2022, l’offre de bus Arv’i autour de Cluses a été réduite de 50 % le samedi et de 15 % du lundi au vendredi, et dans le même temps les tarifs ont augmenté de 20 %. Dans bien des cas les lignes de cars ont des dessertes et des horaires qui ne tiennent pas compte des trains. On ne parle même pas de la desserte des stations touristiques par des services de car qui les relieraient aux gares de la vallée. De fait, seule la communauté de communes de la vallée de Chamonix propose une offre de bus fonctionnant toute l’année ; en revanche, les correspondances à Saint-Gervais entre les trains Léman Express et ceux de la ligne du Mont-Blanc Express sont très mauvaises. La possibilité d’acquérir des billets combinés train + bus est inexistante.

Sur la ligne ferroviaire entre La Roche-sur-Foron et Saint-Gervais, aucune amélioration est possible avant la modernisation de la ligne, dont le coût vient d’être porté par SNCF Réseau de 180 à 250 mio d’euros, et qui ne sera terminée qu’en 2027 au plus tôt. (On reviendra ultérieurement sur cette modernisation partielle du réseau ferroviaire de la Haute Savoie).

La situation décrite ici est en contradiction totale avec les objectifs énoncés par les diverses instances gouvernementales en matière de report modal, de réduction du trafic individuel motorisé et d’incitation à utiliser les transports publics. Les doléances de l’ARDSL sont entièrement justifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :